Groupes de Reflexion

Armement et Economie de Défense

2018 – 2020

 

1- Militarisation de l’espace

2- Armements : nouveaux entrants sur le marché

3- Quelles alliances avec le « monde musulman » ?

 

1-  Militarisation de l’espace

Divers traités internationaux précisent les conditions de l’usage de l’espace.

Dans le monde, plusieurs armées ont déployé des satellites pour disposer de capacités technico-opérationnelles spatiales : télécommunications, géolocalisation / navigation, observation / renseignement, …

Quelques pays disposent de systèmes de  surveillance de l’espace (Graves en France.)

L’initiative de défense stratégique de Reagan comportait des armes spatiales.

La défense anti missiles balistiques (déjà abordé dans le cycle 2012-2014) pourrait être une des composantes de cette militarisation

Des armes antisatellites ont été expérimentées, à partir du sol ou de l’espace.

Des satellites civils pourraient subir des attaques.

Quelle perspective d’une « arsenalisation » de l’espace, futur champ de bataille ? Quelles alliances et coopérations (bilatérales, internationales) sont-elles envisageables dans ce domaine ?

 

2- Armements : nouveaux entrants sur le marché

 Depuis des décennies les principaux pays ayant une industrie d’armement majeure étaient les États-Unis, l’ex-URSS (c’est-à-dire la Russie), la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne. Sont apparus progressivement d’autres pays, depuis Israël jusqu’à la Chine. L’Inde ou d’autres pays « moyens » ne rivalisent pas avec les grands.

Ce panorama est-il destiné, globalement, à durer ou d’autres pays peuvent-ils aspirer à jouer un rôle majeur dans la géopolitique des armements ?

Jusqu’où peuvent aller la Chine ou l’Inde ?

Y a-t-il des pays auxquels on ne penserait pas de prime abord et à qui leur taille ou leur technologie devraient permettre une percée (Afrique du Sud, Brésil, Nigeria…) ?

 

3- Quelles alliances avec le « monde musulman » ?

Le terrorisme islamiste (TI) radical djihadiste est planétaire et transnational.

La guerre sainte civilisationnelle est menée aussi bien dans le Dar al Islam (contre les  mauvais musulmans), que dans le Dar Al Koufi (la terre des infidèles, donc terre de conquête).

Les pays « occidentaux » (dont la Russie) ne sont pas les seules cibles . Presque toutes les régions du monde sont confrontées à ce terrorisme.

La perte du Califat au Levant par Daech conduit à une déterritorialisation du terrorisme et de ses combattants, plus que jamais protéiformes, ubiquitaires et transnationaux. Leur vraie patrie est une Umma fantasmée, idéalisée et guerrière. Leur quête de la domination du monde doit se terminer par l’affrontement final entre les croyants et les infidèles et la victoire des croyants comme annoncé dans certaines prophéties

Des groupes TI sont en activité en Afrique du Nord et dans la zone saharo-sahélienne (AQMI, Boko Haram, …)

L’Afrique noire fait l’objet d’une forte islamisation où les différents courants de l’Islam s’affrontent et créent des foyers d’instabilité : Somalie, Kenya (groupe Harakat al-Shabab al Mujahedin) …

Pakistan et Afghanistan ( Talibans et Pachtounes),  Chine ( Ouïghours), Indonésie (Al Qaïda , puis EI), Birmanie ( Rohingyas), Thaïlande ( musulmans indépendantistes)

En Inde, qui comporte une très forte population musulmane, se produisent régulièrement des affrontements d’une extrême violence entre hindous et musulmans.

Au-delà de ces factions dispersées ou nébuleuses, l’islamisme radical transnational pourrait converger vers un universalisme conquérant et devenir le phare de tous les combattants en mal de causes et de repères.

Face à cette menace asymétrique (mort glorieuse et rédemptrice) et hybride (mêlant terrorisme et crime organisé), d’un terrorisme à bas coût ou d’opportunité, aux modes d’actions divers, dans les champs matériel et de l’esprit, quelques coopérations multinationales de lutte sont déjà en place. (coalition arabo-occidentale en Irak et en Syrie, G5 Sahel, organisation de coopération de Shanghaï,…)

Dans un monde fragmenté et chaotique, les camps sont multiples, aux intérêts plus ou moins communs, voire divergents et même conflictuels ; les ennemis de nos ennemis sont-ils nos amis ? les pétromonarchies qui financent l’islamisme radical sont-elles des alliés fiables ?

Quelles alliances permanentes et quelles coalitions structurées (telles que l’OTAN) ou d’opportunité, rassemblant des nations multiples et très diverses mettre en place ? Quel rôle pour l’ONU ou des organisations régionales ?

Dans quels domaines les renforcer : renseignement, concepts technico-opérationnels adaptés, moyens d’action (armements spécifiques) mutualisés ?

 

Pour nous trouver :

AACHEAr

Ecole Militaire

1 place Joffre

75700 Paris SP07

 

Téléphone : +33 1 44 42 42 25  

Email : aachear@free.fr

 

 

Devenir membre

Vous voulez devenir membre ? C'est très simple : utilisez notre formulaire de contact pour obtenir davantage d'informations. FORMULAIRE